Après avoir discuté avec plusieurs amis, j’ai réalisé qu’un article essentiel manquait dans ce blog. En effet, je suis passionné par la bière. Mais quand j’y suis trop, je ne me rends pas compte que je parle chinois pour beaucoup de gens qui ne connaissent pas cet univers.

Revenons à l’essentiel ! J’explique dans cet article ce qu’est une bière ? comment le faire et comment différencier les types ?

A lire en complément : 3 types de vitamines qu'on retrouve dans la bière

Ingrédients

Pour faire de la bière, il faut 4 éléments principaux :

  • d’eau
  • malt (orge germée et séchée)
  • de houblon pour le goût
  • de levure pour la fermentation alcoolique de la bière

Il est alors possible d’ajouter différentes épices pour diversifier le goût de la bière : coriandre (souvent utilisée pour les triples), zeste d’orange, café, miel, cannelle, caramel…

Lire également : Est ce que la levure de bière fait grossir ?

Étapes du brassage

1. Collage

Dans un le malt préalablement broyé (grains d’orge finement broyés) est mélangé à de l’eau chaude. Le mélange obtenu est appelé maïs. C’est un peu comme une soupe aux céréales !

2. Le Brassage Cuves de collage – labierebaladeuse.com

Étape où le brasseur chauffe et mélange le maïs à différentes températures pour en extraire l’amidon.

3. Filtration Cuve de brassage – labierebaladeuse.com

Une fois le brassage effectué, le maïs est filtré. L’amidon est ensuite complètement transformé en sucres. Ce liquide sucré filtré est appelé « must ». On ne peut pas encore parler de bière. Il restera dans le réservoir les résidus insolubles appelés le rêve. Dresch est utilisé comme aliment pour le bétail.

4. L’ébullition

Une étape cruciale dans le processus de brassage ! Le moutu est porté à ébullition (100°C). Il est donc stérilisé. C’est à ce stade que le houblon est ajouté à la fin de l’ébullition pour développer l’amertume et les saveurs de la bière.

5. Le refroidissement Cuves de brassage, d’ébullition et de filtration – labierebaladeuse.com

Le must est ensuite refroidi à une température d’environ 20 °C pour éviter de tuer les levures qui seront ajoutées à l’étape suivante (organismes vivants).

6. Fermentation

Avant de commencer la fermentation, des levures vivantes sont ajoutées au moût. L’action des levures sur le mût transforme les sucres en alcool et en CO2. Il s’agit d’une fermentation alcoolique. On le fait à une température comprise entre 18 et 32 °C et après quelques jours (3 à 5 jours), on peut parler de bière.

La fermentation peut être qualifiée de faible, élevée ou spontanée selon le type de levure utilisé.

La fermentation spontanée est utilisée pour les bières sauvages ou les lambics. Aucune levure n’est ajoutée au must. Le brasseur laisse la nature faire son travail. Nous parlons ensuite de levures sauvages (micro-organismes présents dans l’air). Les lambics servent après base pour d’autres bières comme le faro, la gueuze ou les bières fruitées comme le kriek. Nous y reviendrons dans un futur article sur les lambics et la brasserie Cantillon.

Si la levure remonte à la surface de la bière fermentée, on parle de haute fermentation. Ces bières sont appelées bières. Ils ont des arômes plus complexes, se développent et sont plus forts en alcool.

Enfin, les bières à faible fermentation correspondent à des lagers ou des pilules. Bières assez légères dans l’alcool et le goût.

7. Centrifugation Cuve de fermentation – labierebaladeuse.com

À l’époque de fermentation, levure multipliée. L’excédent doit ensuite être supprimé. Ce dernier peut être utilisé comme complément alimentaire ou dans certains produits de beauté.

La bière est refroidie à une température de 1 °C avant d’être stockée dans un réservoir de protection.

8. Maturation

Cette étape est également appelée la garde à vue. La bière est conservée dans un réservoir à une température proche de 0 °C pendant une durée allant de quelques jours à plusieurs semaines, selon le type de bière. Cette étape élimine les derniers résidus solides.

9. Embouteillage et référencement Chars de garde – labierebaladeuse.com

La réfémentation se fait dans le flacon. Au moment de la mise en bouteille, on ajoute de la levure et du sucre. Cet ajout permettra une nouvelle fermentation, un facteur qui crée du CO2 et donc des bulles. Cela donnera un certain degré d’alcool en plus de bière. La référencement n’est pas obligatoire ni effectuée sur toutes les bières.

Avant la dégustation, la bière peut être conservée de 3 semaines à plusieurs mois/années selon les bières pour terminer sa fermentation et développer de nouvelles saveurs !

Les Bières Embouteillage – labierebaladeuse.com

Les bières peuvent être classées en fonction de plusieurs facteurs : fermentation, couleur, filtration, degré d’alcool, composition…

Auparavant, dans les étapes de la fabrication de la bière, j’ai mentionné certaines bières selon le type de fermentation utilisé (étape 6) : bières lagers, lambic, faro, gueuze, kriek et autres bières fruitées, ales…

Nous pouvons également les différencier en fonction de leur couleur :

  • Blondes : elles sont brassées avec des malts blonds non torréfiés. Par exemple, les lagers sont des bières blondes. Le goût est souvent léger et floral.
  • Roux et ambre : ils sont brassés légèrement malts torréfiés donnant cette couleur cuivrée à la bière et son goût légèrement caramélisé.
  • Brunettes : elles sont brassées avec un malt rôti permettant un équilibre gustatif doux entre l’amertume du houblon et le caramel malt.
  • Noirs : ils sont également appelés stouts et sont fabriqués avec un malt très torréfié. En noir, ils ont souvent un taux d’alcool assez élevé.
  • Blanc : également appelé Weissbier, ils ne sont pas filtrés et doivent leur couleur et leur goût à l’utilisation du blé plutôt que de l’orge.

Le degré d’alcool recherché peut également définir la nature d’une bière. Une bière simple (enkel), double (double), triple (tripel) ou quadruple. C’est la quantité de malt présente dans le volume d’eau qui rendra la mue plus ou moins sucrée et donc la bière plus alcoolique après le processus de fermentation :

  • une bière simple entre 3 et 5%
  • soit un double à environ 7 % avec la présence de deux fois plus de malt dans sa composition qu’une seule
  • un triple à 9% avec la présence de trois fois plus de malt dans sa composition par rapport à une simple.

Enfin, il existe des variantes en fonction des éléments utilisés : par exemple, une IPA (Indian Pale Ale) ou une APA (American Pale Ale) contiennent une quantité plus élevée de houblon utilisée que les bières conventionnelles. Cela explique son amertume et son petit goût d’agrumes.

C’est pour simplifier les choses ! Après avoir dépendant du pays et avec le phénomène de l’explosion des micro-brasseries, de nouvelles appellations émergent : Milkshake IPA, Imperial Stout, la pale ale, le portier, le Weizen… blog 😉

En savoir plus

Si vous souhaitez brasser votre propre bière, je vous recommande de faire une visite à la brasserie Beer Storming à Bruxelles. Ils proposent des dégustations et visitent la brasserie, mais surtout une expérience de brassage avec le maître brasseur en fin d’après-midi ou en début de soirée.

Tarifs

  • Formule de dégustation : 25€ /- 1H30Y compris la visite de la micro-brasserie, la dégustation de 4 bières et un growler de 2 litres de bière de votre choix.
  • Formule The Brewing Experience 85€ / -4H30 incluant l’accompagnement du brassage de votre bière, un bar ouvert le soir, des tapas, un repas et un growler de 2 litres de la bière de votre choix. 1,5 mois après votre retour à la brasserie pour remplir votre growler de votre création.

Vous trouverez ci-dessous d’autres options de visites de brasseries ou de dégustation de bière selon le pays dans lequel vous vous trouvez :

Il est également possible de le faire à la maison grâce aux différents kits de brassage pour débutants :